Rorri & Arif

rorri%2520arif%2520copie_edited_edited.j

Rorri est juive et Arif est musulman, ils se sont rencontrés, sont tombés amoureux et se sont mariés. Ils ont maintenant deux enfants qu’ils éduquent dans les deux religions. Un mariage improbable et une éducation des enfants qui l’est plus encore !

 

En effet, Rorri craignait que la double confession ne fasse de ses enfants des « moitiés de croyants » pour chaque religion. Avec l’aide de thérapeutes, Rorri et Arif ont perçu comment réussir leur mariage et éduquer leurs enfants pour qu’ils soient 100% musulmans et 100% juifs, « qu’ils soient les deux », « being both ». Cette éducation est basée sur l’accès aux célébrations des deux confessions, vendredi soir c’est shabbat (Arif portant alors la kipa), alors que régulièrement, l’appel à la prière chanté par le papa d’Arif retentit dans la maison (Rorri, voilée, prenant part à la prière). 

 

Plus que les participations aux célébrations, le fondement de cette étonnante double identité religieuse se base sur les savoirs de la religion et de la culture de l’autre (chants, lectures prières, histoires, …) qu’ils apportent à leurs enfants.

Embarquée dans l’amour de leurs enfants, c’est toute la famille de Rorri et Arif qui a dû sortir de sa zone de confort pour rechercher « en l’autre » ce qui les rassemble et non pas ce qui les éloigne.

 

Le short un peu court de Rorri gène sans doute le papa d’Arif mais cela est largement oublié quand sa belle-fille lui répond Wa alaykum assalam à son salut du matin. Lors d’une réunion familiale, le grand-père de Rorri découvre, avec une curiosité presque enfantine, sans aucun jugement, le rituel musulman de la prière. 

 

Ces mêmes musulmans feront le kiddouche quelques heures plus tard (ouverture du Shabbat) avec les juifs, qui auront pris soin de remplacer le vin par du jus de raisin.

 

Et le soir, c’est en faisant les prières juives et musulmanes que les deux enfants s’endorment. 

Vous voulez suivre les actions de Rorri & Arif ?