Ella & Miska

Capture d’écran 2020-05-29 à 16.04.14.

La religion est très présente en Indonésie et les croyants sont très pratiquants. La situation dans l’archipel des Moluques sort de l’ordinaire : depuis des siècles, l'Islam, venu de Java au XVe siècle, et le protestantisme apporté par les Néerlandais au XVIIe siècle, cohabitent aux Moluques.

Cet archipel pourrait être le paradis s’il n’avait pas connu entre 1999 et 2004 une guerre sanglante faisant plusieurs milliers de morts entre chrétiens et musulmans. À l’issue des combats, les villages ont été scindés par la religion. 

 

À Ambon, capitale des Moluques à l’extrême Est de l’Indonésie, Jacky est un des principaux artisans de la paix dans l’archipel. Avec le soutien d’enseignants actifs, et malgré la ségrégation encore appliquée, il permet aux jeunes générations séparées par le conflit de se rencontrer, de partager. Des amitiés uniques naissent ainsi entre les communautés chrétiennes et musulmanes, comme entre Ella et Miska.

Dans son quartier ou son école, Ella ne côtoie pas de musulmans. Miska elle ne côtoie aucun chrétien, et le déplore. Cette jeune fille de 13 ans a déjà conscience des séquelles laissées par le conflit passé et comprend que certaines blessures ne sont pas cicatrisées. Mais elle sait déjà que la paix de demain se construit main dans la main avec l’autre.

 

Fondés sur la tradition de la Pela-Gandong [1], héritage commun de la culture locale, des week-ends sont organisés afin de réunir les enfants et adolescents des différentes communautés autour d’activités communes. Cette transmission par l’éducation est rythmée par trois grandes rencontres tous les ans autour de thèmes intéressant la jeunesse (le sport, la poésie, la danse, …).

Ces rencontres permettent de faire tomber les barrières qui existent encore entre les musulmans et les chrétiens dans cet archipel et d’éviter le développement de préjugés encore très présents dans l’imaginaire collectif. C’est aussi dans l’espoir que leurs élèves deviennent des ambassadeurs auprès de leurs parents que ces professeurs s’investissent dans ces week-ends de rencontres, pour faire bouger les lignes en dehors des murs de leurs écoles. 

 

Lors de notre séjour, Ella, élève chrétienne, et Miska, élève musulmane, nous raconteront comment elles se sont rencontrées lors d’un de ces week-ends, comment après peu de temps, après avoir notamment découvert la manière dont chacune pratiquait sa foi dans sa communauté, leurs préjugés sont tombés pour se réunir dans la danse et les conversations d’adolescentes. 

 

[1] Tradition indonésienne qui formalise une relation privilégiée entre deux villages, qui s’engagent à s’entraider dans la difficulté